Voltar à disposição inicial da página.

Restaurar

Ponto G: Nova Polémica

Photo d'illustration © Superstock / Sipa

Novos dados contraditórios relançam a polémica: o ponto G é real ou não?  Das mulheres que dizem ter experimentado o orgasmo, 10% dizem que tal se deveu à estimulação do famoso ponto. Mas um estudo recente do King’s College de Londres afirma que se trata apenas de uma ideia subjectiva e sem existência fisiológica. Outros investigadores afirmam, porém, já o ter identificado. Como escreve o Le Point: “será um tecido eréctil localizado cerca de 5 cm depois da entrada da vagina, na parede interior. Os biólogos também tentaram saber mais sobre a sua anatomia e função:  está ligado ao clitóris ou às glândulas ao longo do trato urinário, que pode emitir um líquido durante o orgasmo, mas nada está provado”.

De qualquer forma e exista ou não ponto G, a médica e sexóloga Catherine Solano não tem dúvidas: “o orgasmo é algo que se aprende…”.      

Idée reçue n° 5 : le point G existe vraiment


Le Point.fr – Publié le 11/02/2013 à 09:13 – Modifié le 11/02/2013 à 09:56


En débat. Réel ou pas, un point G serait identifié par 10 % des femmes qui auraient eu un orgasme grâce à sa stimulation.


Une zone érogène secrète, cachée dans le vagin et susceptible, si elle est stimulée, de décupler le plaisir et l’orgasme féminin. C’est la définition du “point G”, baptisé ainsi en 1981 en référence aux travaux réalisés par le sexologue allemand Ernst Gräfenberg en 1950. Mais les scientifiques ne sont pas d’accord sur son existence. Une récente étude du King’s College de Londres suggère par exemple qu’il ne s’agit que d’une “idée subjective” sans existence physiologique.

D’autres chercheurs assurent au contraire l’avoir localisé : il s’agirait d’un tissu érectile situé à 5 centimètres environ après l’entrée du vagin, sur sa paroi antérieure. Les biologistes ont aussi tenté d’en savoir plus sur son anatomie et son fonctionnement : il serait lié au clitoris ou aux glandes situées tout le long du canal urinaire qui émettent parfois un liquide lors de l’orgasme, mais rien n’a pu être prouvé.

“L’orgasme s’apprend”

Réel ou pas, un point G serait en tout cas identifié par 10 % des femmes qui auraient eu un orgasme grâce à sa stimulation. Cela ne signifie pas que les autres femmes sont dépourvues de zone érogène à cet endroit. “Les capteurs de volupté de notre corps ne sont pas actifs en permanence, explique Catherine Solano, médecin et sexologue.

La stimulation n’est efficace que s’il y a excitation préalable. Les préliminaires, la confiance, l’absence de stress sont des facteurs-clés pour parvenir à la jouissance et leur influence varie selon les femmes.” Et le docteur Solano de conclure que la sensibilité du vagin, comme celle des autres zones érogènes, évolue avec le temps et l’expérience. “L’orgasme s’apprend”, dit-elle. Avec ou sans point G.

Deixe um Comentário