Voltar à disposição inicial da página.

Restaurar

Femen executam primeiro raid no mundo árabe

Ninguém sabe usar as armas das câmaras de televisão e dos telemóveis como o grupo feminista Femen. O regime islamista tunisino descobriu-o há dias. Uma delegação do movimento Femen, composta poir duas francesas e uma alemã, desembarcou em Tunes e foi direitinha às centenas de jornalistas que as esperavam diante do Palácio da Justiça local. Aí, as Femen exigiram a libertação da tunisina Amina, há meses presa (e ainda não julgada…) por ter escrito a palavra “Femen” num muro… “Free Amina!” gritaram as militantes do movimento de origem ucraniana mas que agora tem em Paris o seu quartel-general para a Europa Ocidental e arredores. Presas e acusadas de “atentado ao pudor”, as três arriscam seis meses de prisão, mas orgulham-se de ter levado a cabo com êxito o primeiro raid Femen no mundo árabe que acusam de violar sistematica e permanentemente e de nem reconhecer os direitos das mulheres. O momento foi também escolhido com precisão: a Tunísia negoceia actualmente um volumoso empréstimo do FMI… “Free Amina & Friends!”.

“Trois militantes Femen ont été interpellées mercredi 29 mai au matin à Tunis après une action seins nus, une première dans le monde arabe, en soutien à une militante tunisienne détenue depuis le 19 mai.

Face à une foule de journalistes réunies devant le palais de Justice de Tunis, les trois jeunes femmes, deux Françaises et une Allemande, hurlaient “Free Amina”, la militante Femen emprisonnée dans l’attente de son procès jeudi à Kairouan (centre) pour le port illégal d’un spray lacrymogène. Elles ont été interpellées sans ménagement par les policiers qui les ont traînées à l’intérieur du tribunal.

“C’est la première action que nous menons dans le monde arabe (…) j’ai préparé cette équipe internationale à Paris et elles ont été envoyées hier (mardi) à Tunis”, a expliquée par téléphone Inna Shevchenko, dirigeante des Femen à Paris. L’attentat à la pudeur en Tunisie est passible de six mois de prison ferme.

“On ne fait pas attention à ce genre de choses. Dans ces pays, la loi est appliquée comme ça arrange (le pouvoir). On voit bien qu’on risque en Tunisie deux ans pour un simple graffiti”, a-t-elle ajouté.

La jeune Femen tunisienne Amina a été arrêtée le 19 mai à Kairouan après qu’elle eut peint sur un muret proche d’un cimetière le mot Femen. Elle est en détention depuis et risque six mois de prison pour détention d’un spray d’auto-défense. Elle pourrait aussi être poursuivie pour profanation de cimetière, délit passible de deux ans de prison en Tunisie.”

 

Ler mais no Huffington Post, aqui: http://www.huffingtonpost.fr/2013/05/29/tunisie-trois-femen-dont-deux-francaises-interpellees-manifeste-seins-nus_n_3352963.html?utm_hp_ref=france

Deixe um Comentário